Cusco (1)

Nous voici dans la capitale de l’Empire Inca, capitale historique du Pérou. 

Une page d’histoire :

La civilisation Inca prendrait sa source au XIIIe siècle. Elle aurait été fondée ici par un couple venu de la Isla del Sol, sur le lac Titicaca, envoyés par le dieu créateur Viracocha. Mais c’est au XVe siècle que l’Empire Inca s’étend sur une large partie de l’Amérique du Sud, colonisée au Nord puis au sud de Cusco. 

Lorsque les Espagnols ont débarqué à Cusco avec une armée de moins de 200 hommes, la population était d’au moins 12 millions d’habitants dont une armée de plusieurs milliers d’hommes. Mais l’Empire traversait une grave crise de succession depuis la mort de l’Inca Huayna Capac en 1527, opposant ses deux fils. Quand les troupes de Pizarro arrivent en 1531, l’un des deux frères a été vaincu. Les Espagnols capturent l’héritier de l’Empire, qui tente de sauver sa peau en offrant tout son or aux Espagnols, qui vont pourtant l’exécuter en 1533. 

Dans ce contexte de crise, les Espagnols se sont imposés d’autant plus facilement qu’ils ressemblaient physiquement à la représentation que les Incas se faisaient du dieu Viracocha dont la prophétie annonçait la venue sur Terre. 

La résistance inca va cependant s’organiser mais Pizarro et ses hommes finiront par capturer et tuer le dernier Inca en 1572, soumettant la population, imposant le travail forcé dans les mines et les champs, prélevant un impôt pour la ville de Séville, christianisant la population. Pizarro sera assassiné en 1541, son successeur également. 

La population décimée (il ne restait plus qu’un million d’indigènes) et soumise, les Espagnols ont pu reconstruire les villes Incas qu’ils avaient détruites sur le modèle des villes espagnoles, leur donnant des noms catholiques, et imposer une organisation politique, religieuse, administrative. Lima, fondée en 1535 par Pizarro, de par sa position stratégique permettant d’expédier les richesses des colonies vers l’Espagne via l’isthme de Panama et la mer, devint la capitale.

Le Pérou est une république indépendante de l’Espagne depuis 1821. Elle est composée majoritairement d’amerindiens Quechua et Aymara (45%de la population) et de métis (37%), outre 15% de descendants d’Européens. Les langues officielles sont l’espagnol, le Quechua et l’aymara.

Notre guide, Betho, se définit comme métis, 60% Quechua et 40% hispanique, mais résolument attaché à ses racines Quechua, revendiquant une culture Quechua totalement indissociable de ce que nous appelons la civilisation Inca. Il nous a expliqué que le terme de civilisation Inca n’a pas de sens pour lui, l’Inca étant seulement le chef de ce peuple qui pour lui est Quechua et trouve ses origines au XIe siècle, la culture Quechua comprenant l’attachement à la terre, l’agriculture, des connaissances poussées en architecture ayant notamment permis l’exploitation de ces régions hostiles d’altitude par des structures en terrasses et la construction de systèmes d’irrigation complexes, mais aussi les croyances polythéistes, les coutumes, les vêtements, les festivals…

Ce matin, nous sommes allés nourrir et caresser des lamas et alpagas de toutes sortes dans une petite réserve où on a également vu des artisans travailler la laine, tisser des tapis, sculpter le bois. Célestin s’est fait cracher dessus par un lama, qui visait peut être un de ses congénères qui l’agaçait, mais c’est bien Célestin qui s’est retrouvé badigeonné d’herbe mâchée ! 

Toutes sortes de couleurs obtenues avec des pigments naturels : 

De la laine colorée en rouge avec des cochenilles, parasites du cactus :

Étaient également exposés les différents féculents, légumes secs et céréales cultivés dans la région, dont plus d’une vingtaine d’espèces de maïs différentes et 150 sortes de pommes de terre : 

Ensuite, nous sommes allés visiter un ancien monastère à Cusco, devenu un très chic hôtel. La chapelle, richement ornée de sculptures en cèdre couvertes de feuilles d’or, ressemble à l’église qu’on a visitée hier dans la vallée Sud de Cusco. Les Espagnols ne lésinaient pas sur les moyens : plus les églises étaient fastueuses, plus les indigènes se laissaient impressionner et évangéliser. Les récalcitrants étaient enfermés dans les prisons du monastère. On en trouve la trace dans ce qui est aujourd’hui les toilettes de cet hôtel de luxe. Une inscription gravée dans la pierre a été conservée, datée du début du XVIIe siècle, qui dit : « pour une faute minime, je suis enchaîné ici, privé de liberté et de nourriture ». 

On a aussi vu le passage secret derrière l’une des peintures de l’autel, qui menait au couvent voisin. Une sépulture a été récemment découverte derrière la chapelle, contenant des squelettes de nouveaux nés, ce qui laisse supposer des rapprochements entre moines et nonnes… 


Le cloitre, autour d’un magnifique cèdre de près de 500 ans :

Cet après-midi, nous nous sommes promenés à pied dans le centre historique de Cusco. Cusco, située à 3600m d’altitude, est une mégalopole de près d’un million d’habitants, qui s’est rapidement développée ces dernières années du fait de l’engouement des touristes pour le site Inca du Machu Picchu, découvert seulement en 1911. 

La ville, détruite par les Espagnols, a été reconstruite sur les fondations Incas. Malgré cette histoire dramatique, la ville est magnifique. 







Des péruviennes proposent aux touristes de se faire photographier avec des bébés alpagas pour quelques soles. On n’a pas encore cédé à la tentation, mais Paloma nous saoule pour avoir un alpaga quand on rentrera !

Nous avons aussi visité le musée du chocolat, gratuit et qui en plus offre une petite dégustation. On a acheté une crème de chocolat à l’ananas et une tablette de chocolat noir, miam, ça faisait longtemps !

Demain, nous allons visiter les sites Incas proches de Cusco avec un guide francophone. 

Publicités

3 réflexions sur “Cusco (1)

  1. Mamie JO. dit :

    Encore une belle leçon d’histoire ! Brillamment racontée.
    La ville a l’air d’etre bien entretenue avec ses magnifiques jardins, on retrouve le style baroque dans les cathédrales, églises, chapelles comme j ai pu en voir a Séville et au Mexique.
    Paloma veut l’animal ou le manteau en alpaga ?… je pense plutôt a ce bel animal avec une jolie frimousse ! Bisous

    J'aime

Ecrivez-nous, on adore vos commentaires :-)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s